8 chansons qui appartiennent au panthéon de la réverbération

La réverbération est vitale. Les chansons avec réverbération ont tendance à se démarquer lorsqu’elle est utilisée efficacement. La réverbération est un effet audio si utile parce qu’elle est incroyablement flexible.

La réverbération est un élément essentiel de la musique.

Pourquoi ces voix sonnent-elles si célestes ? Comment se fait-il que cette tonalité de guitare soit si dreamy ? Pourquoi ai-je l’impression d’être transporté dans un espace réel où ces instruments existent ?

C’est à cause de la réverbération..

Cet effet audio est autant un outil technique, qu’un outil créatif. La réverbération crée de l’émotion, une sensation vintage, de l’espace, de la profondeur et même du punch (regardez le n°7) ! Elle’est utilisée pour façonner aussi bien des espaces au son naturel que des atmosphères totalement surréalistes.

Alors, pour célébrer les morceaux qui refusent de prendre la réverbération à la légère, voici 8 morceaux de genres différents qui utilisent la réverbération de manière magistrale et originale. Inspirez-vous, puis appuyez sur les boutons !

1. King Tubby “Dub You Can Feel”

Osbourne Ruddock alias King Tubby était une figure clé de la culture jamaïcaine des soundsystems dans les années 50.

Son travail de production et d’ingénierie du son a été déterminant pour le développement du dub et du reggae dans les années 60 et 70. Il est bien connu pour son travail technique innovant et pour avoir essentiellement inventé le concept du remix.

Leeverb est l’une des armes secrètes de la signature de Tubby – et ce qui rend le son dub si spécial. Les 45 tours jamaïcains pressent souvent le titre principal sur une face, et une “version” instrumentale sur l’autre.

Leeverb est l’une des armes secrètes signature de Tubby – et ce qui rend le son dub si spécial.

Lorsqu’il produisait une ” version ” sans la piste vocale, Tubby prenait beaucoup de liberté créative. Il accentuait tel ou tel instrument, ajoutait quelques retards, échos et réverbérations – une innovation majeure à l’époque. Ce procédé sera bientôt connu sous le nom de remixage.

Un parfait exemple de la touche adroite de Tubby pour la réverbération est présent sur le morceau “Dub You Can Feel”. Écoutez la réverbération sur la caisse claire – c’est l’effet classique de réverbération à ressort “boing”, commun à la musique dub.

2. Joe Meek “I Hear A New World”

Joe Meek est un ingénieur du son, producteur de disques et auteur-compositeur britannique notable, actif dans les années 50 et 60. Ses expériences avec des effets tels que l’overdubbing et l’échantillonnage sont également fondatrices de la pop de l’âge de l’espace et de la musique outsider psychédélique.

Dans son album classique culte I Hear a New World de 1960, Meek utilise différents types d’effets, notamment le pitch shifting, le panning et les réverbérations naturelles.

L’une des techniques les plus célèbres de Meek consistait à utiliser différents espaces réverbérants dans son studio et sa maison pour enregistrer des instruments avec un son de pièce naturel, comme sous son escalier ou dans sa salle de bain.

Écoutez les différents types d’espaces qu’il crée avec diverses réverbérations, en particulier la réverbération uniquement spatiale sur la ligne vocale d’accompagnement : ” I Hear a New World. “

3. Led Zeppelin “When The Levee Breaks”

Cette chanson de Led Zeppelin utilise magistralement de multiples effets.

La performance de la batterie est centrale dans ce morceau. Elle a été fameusement enregistrée sur un kit Ludwig tout neuf dans le couloir d’un escalier à trois étages à Headley Grange. Deux microphones Beyerdynamic M160 ont été placés en haut de la cage d’escalier pour l’enregistrement. Cela lui a donné sa réverbération naturelle caractéristique de ” grande salle ” et son son étouffé qui le distinguent des autres enregistrements de batterie.

Écoutez la fin de la chanson pour le fameux effet ‘tourbillonnant’ obtenu avec un harmonica inversé, un écho inversé, du phasing, du flanging et du panning. Cela donne l’impression que tous les instruments tournent autour du chant de Robert Plant qui reste au centre.

4. Grimes “Venus In Fleurs”

La réverbération et le chant fonctionnent bien ensemble, surtout du côté de la dream-pop éthérée.

Il n’y a pas de meilleur moyen d’ajouter un effet dramatique et angélique à un morceau vocal.

Le producteur, auteur-compositeur et chanteur canadien Grimes a sans doute popularisé ce style de chant dans la pop expérimentale des années 2010. Pour cette approche de la production, comprendre ce que disent les paroles n’est pas le point central. Tout est dans le ressenti et l’ambiance créée par la mélodie vocale et la réverbération.

Ce qui compte, c’est le sentiment et l’ambiance créés par la mélodie vocale et la réverbération.

Dans ‘Venus In Fleurs’, la réverbération place le chant en arrière-plan, presque comme une couche d’ambiance lointaine. La réverbération sur la guitare drone ajoute à l’effet distant délavé.

Grimes incarne une génération de producteurs de chambre de la dernière décennie qui ont appris eux-mêmes les tenants et aboutissants des DAW, poussant intentionnellement les effets au maximum et créant leur propre marque stylistique. C’est l’approche punk de la pop !

5. The Drums “Down By The Water”

Le son du groupe Indie Pop The Drums est un mélange moderne de The Beach Boys, The Smiths et Joy Division. Leur morceau “Down by the Water” est un exemple particulièrement beau de ce que la réverbération peut faire pour une performance.

Tout dans “Down By the Water” est essentiellement trempé dans une réverbération de hall enveloppante qui colle le tout. Les transitoires de la caisse claire, du tambourin et des voix s’attardent avec une qualité rêveuse et intentionnellement boueuse. Cela donne au morceau un son vintage et intensifie l’émotion de la chanson. Écoutez comment la chanson se termine : une longue queue de réverbération s’attarde jusqu’à ce qu’elle s’estompe et revienne inversée.

Tout dans “Down By the Water” est essentiellement dans une réverbération de hall enveloppante qui colle le tout.

Cette chanson exemplifie un certain type de son indie pop des années 2010 qui revisite la New Wave et lui donne une qualité dream pop, absorbant vos larmes avec une mouillure à 100%.

6. Shinedoe “Cosmic”

Chinedum Nwosu alias Shinedoe est un DJ et producteur basé à Amsterdam. Canalisant la richesse mélodique de la techno de Détroit et de la house de Chicago, elle élabore des morceaux luxuriants qui créent un sentiment de profondeur et de poids.

Avec des influences dub évidentes dans sa riche réverbération, le morceau “Cosmic” fait un usage intéressant de l’effet sur les pads des synthés, les échantillons vocaux et les claps. Le decay étend le contenu harmonique des accords, les transformant en une couche ambiante enveloppante. Il colle plusieurs synthés ensemble et crée un ensemble cohésif.

Le decay étend le contenu harmonique des accords, les transformant en une couche ambiante enveloppante.

Dans le club, la réverbération est le pourvoyeur d’expériences de club transformatrices et enveloppantes – de la techno dub à la psytrance. Une belle réverbération entendue sur un Funktion One ? N’importe quand.

7. Phil Collins “In The Air Tonight”

Ce tube pop en tête des charts de l’auteur-compositeur-interprète et batteur britannique Phil Collins est l’exemple le plus célèbre de réverbération gated. Ce type de réverbération a une traînée de déclin très courte qui fait appel à l’aide d’un noise gate.

La réverbération gated entendue sur “In the Air tonight” donne un gros son punchy (écoutez-la sur la caisse claire et la batterie) qui reste serré et propre.

Ce qui est cool avec la réverbération gated, c’est qu’elle n’essaie pas de reproduire un effet de son naturel-Il serait impossible de trouver une réverbération comme celle-ci dans un espace réel.

Au contraire, elle confère aux solos de batterie épiques une puissance incroyable. Merci Phil, de nous avoir offert le break de batterie le plus mélodramatique de tous les temps.

8. Blake Mills “Shed Your Head”

Blake Mills est un guitariste, auteur-compositeur et producteur récompensé par un GRAMMY. Il est crédité sur les albums d’artistes tels que Sky Ferreira, Fiona Apple, Alabama Shakes, John Legend et Perfume Genius.

Le morceau “Shed Your Head” du disque solo de Mill, Heigh Ho, est un exemple impressionnant de recréation d’un espace réaliste avec une réverbération organique. La réverbération de la chanson crée une subtilité de pièce convaincante.

La réverbération de ce morceau place tous les instruments dans un espace au son naturel, ajoutant une texture chaleureuse à l’ensemble de la performance.

Cela démontre que la réverbération n’a pas toujours besoin d’être soufflée ou excessivement humide pour obtenir un effet.

Le ton de la guitare de Mill sonne tellement plus riche et plus velouté avec cette réverbération. La réverbération dans ce morceau place tous les instruments dans un espace au son naturel, ajoutant une texture chaleureuse à l’ensemble de la performance.

Comme Mills le raconte dans une interview “La guitare a une telle histoire de jeu flashy. Cela m’a impressionné aussi…

Mais après avoir passé plus de temps avec des disques de Nina Simone et Thelonious Monk, il a rapidement abandonné son désir d’être un ‘impressionnant’ ; joueur : “Je voulais juste être un joueur émouvant.”

Une partie de cette magie pourrait-elle aussi être la bonne réverbération ?

Plusieurs nuances de réverbération

Comme le montrent ces exemples, la réverbération est extrêmement polyvalente – que vous fassiez de la techno, du rock, de la pop ou de la musique expérimentale.

La réverbération ne connaît aucune frontière de genre et c’est autant un outil technique qu’un outil créatif. C’est le façonneur ultime d’ambiances et d’espaces.

Inspirez-vous de ces chansons, de ces artistes et de leur vision unique de la réverbération pour tester toutes les saveurs de cet effet dans vos propres productions.

You may also like...